La psychomotricité

Les champs d’action

La psychomotricité est une discipline paramédicale dont les champs d’action sont régis selon l’Article R4332-1.

Les psychomotriciens sont habilités « à accomplir, sur prescription médicale et après examen neuropsychologique du patient par le médecin, les actes professionnels suivants » :

  1. « Bilan psychomoteur»

Le bilan psychomoteur est la première étape du soin. Il comprend un entretien et des mises en situations avec des observations et la passation de tests standardisés. Il permet de mettre en lumière le fonctionnement psychomoteur du patient : ses possibilités, ses difficultés (retards, dysfonctionnements) et ses points d’appuis. Il participe au diagnostic médical.

A l’issue du bilan, le psychomotricien peut proposer la mise en place de séance de psychomotricité, des recommandations pour une aide au quotidien et une orientation vers un autre spécialiste si besoin (examen complémentaire).

2. « Éducation précoce et stimulation psychomotrice »

La prévention fait également partie intégrante du champ d’action des psychomotriciens. Ces actions peuvent être menées par des ateliers d’éveils, d’observation en situation, d’échanges avec les partenaires du quotidien du patient (parents, structure d’accueil, lieux de scolarisation…).

3. « Rééducation des troubles du développement psychomoteur ou des désordres psychomoteurs suivants au moyen de techniques de relaxation dynamique, d’éducation gestuelle, d’expression corporelle ou plastique et par des activités rythmiques, de jeu, d’équilibration et de coordination :

  • Retards du développement psychomoteur ;
  • Troubles de la maturation et de la régulation tonique ;
  • Troubles du schéma corporel ;
  • Troubles de la latéralité ;
  • Troubles de l’organisation spatio-temporelle ;
  • Dysharmonies psychomotrices ;
  • Troubles tonico-émotionnels ;
  • Maladresses motrices et gestuelles, dyspraxies ;
  • Débilité motrice ;
  • Inhibition psychomotrice ;
  • Instabilité psychomotrice ;
  • Troubles de la graphomotricité, à l’exclusion de la rééducation du langage écrit »

4. « Contribution, par des techniques d’approche corporelle, au traitement des déficiences intellectuelles, des troubles caractériels ou de la personnalité, des troubles des régulations émotionnelles et relationnelles et des troubles de la représentation du corps d’origine psychique ou physique.»

Il est a noter qu’actuellement les soins psychomoteurs ne font pas l’objet de remboursement par la Sécurité Sociale. Mais, vous pouvez bénéficier d’une aide financière en vous adressant aux organismes suivants :

La CPAM : pour une demande d’aide individuelle exceptionnelle

La MDPH : pour une Allocation d’Éducation de l’Enfant Handicapé (AEEH)

Votre mutuelle, certaines mutuelles proposent un remboursement partiel